Pourquoi des cabanes?



Pour concrétiser notre idée (être en relation avec d’autres tout en gardant un espace ouvert au milieu; voir description du projet) nous prenons référence à l’image d’un village avec ses différentes cabanes. 


Au milieu il y a une grande place: tsena malalaka (voir nom), tout le monde peut y venir, rencontrer d’autres personnes, échanger des histoires, des idées, des objets, trouver des complices pour des actions. 


Les cabanes se trouvent dispersées autour. Chacune héberge une certaine thématique, réunit un groupe de personnes ayant le même intérêt. Nous parlons de cabanes, parce que ce sont des constructions légères, faciles à être construites, déconstruites, déplacées, si besoin est. Elles s’adaptent aux mouvements. 


Le village avec ses cabanes n’évoque pas qu’ une réalité africaine, il fait aussi penser à des modes de constructions qui se trouvent sur des alpages, p. ex. dans les montagnes suisses: differentes cabanes et étables, qui sont dispersées sur une grande prairie commune. Ou bien ce village peut être projeté en image urbaine: une ville avec une grande place publique au centre où il y a les cafés, où les gens se promènent et se rencontrent, où il y a aussi des jours de marché, des fêtes etc..