Le projet: description complète



                                                                      Tsena malàlaka 

        Lieu d'échange pour théologiennes africaines et européennes...

  
Des relations personnelles   
 
                                          

Ce sont des voyages et séjours de quelques théologiennes suisses en Tansanie,
 à Madagascar, en République démocratique du Congo, au Caméroun...qui ont créé des liens avec des théologiennes africaines et qui nous ont amenées toutes ensemble au projet du „Tsena malalaka“  – lieux d’échanges entre théologiennes africaines, européennes...     Nous avions le souhait de  mieux connaître nos différents contextes de vie, nous voulions nous laisser inspirer par nos traditions de foi et réalités des Eglises réciproques, nous envisagions de pratiquer une certaine solidarité spirituelle et matérielle.
En souvenir de ces débuts de rencontres nous avons choisi un
nom malgache pour notre projet d’échange: „Tsena malàlaka“.

Un espace ouvert

„Tsena malalaka“ signifie espace libre d’échange et de rencontre. A l’idée d’être en relation avec d’autres se joint alors l’imaginaire d’un espace ouvert au milieu. Celui-ci donne place à l’échange, mais aussi à la possibilité que des structures de relation et des modes d’échange s’étant établis à travers l’histoire (de colonisation, du patriarchat...), puissent se transformer, se réinventer, trouver une nouvelle liberté. Nous considérons cela comme défi primordial pour une qualité de rencontre et d’échange à venir entre sociétés du Sud et du Nord - ainsi qu’entre des groupements spécifiques (p.ex. entre femmes et hommes), et entre des personnes individuelles.

Un village avec des cabanes
                                      
Pour concrétiser notre idée (être en relation avec d’autres tout en gardant un espace ouvert au milieu) nous prenons référence à l’image d’un village avec ses différentes cabanes. Au milieu il y a une grande place (tsena malalaka), tout le monde peut y venir, rencontrer d’autres personnes, échanger des histoires, des idées, des objets, trouver des complices pour des actions. Les cabanes se trouvent dispersées autour. Chacune héberge une certaine thématique, réunit un groupe de personnes ayant le même intérêt. Nous parlons de cabanes, parce que ce sont des constructions légères, faciles à être construites, déconstruites, déplacées, si besoin est. Elles s’adaptent aux mouvements. Le village avec ses cabanes n’évoque pas qu’ une réalité africaine, il fait aussi penser à des modes de constructions qui se trouvent sur des alpages, p. ex. dans les montagnes suisses: differentes cabanes et étables, qui sont dispersées sur une grande prairie commune. Ou bien ce village peut être projeté en image urbaine: une ville avec une grande place publique au centre où il y a les cafés, où les gens se promènent et se rencontrent, où il y a aussi des jours de marché, des fêtes etc.

Les caractéristiques                                           

„Tsena malalaka“ en tant qu’espace ouvert a tout de même ses caractéristiques. (Il n’existe pas d’espace sans délimitation). C’est un lieu de rencontre et d’échange théologique comportant certains critères:
  • Nous choisissons de nous échanger entre théologiennes, car cela nous permet d’inclure des perspectives spécifiques de femme.
  • Nous nous limitons à un échange entre théologiennes chrétiennes. Ceci sachant que le défi d’échange se pose aussi au niveau interreligieux, mais estimant qu’il est important d’approfondir et d’enrichir notre propre identité chrétienne en face des différences dénominationelles, culturelles et sociales.                 
  • Nous voulons pratiquer un échange entre théologiennes chrétiennes africaines et européennes, car c’est ainsi que nous avions commencé. On verra la suite...
Quant aux cabanes nous prévoyons dans l’immédiat les thèmes suivants:

  • Cabane(s) d’échanges sur des textes bibliques   
  • Cabane(s) de partenariats académiques (échange/support quant à la littérature, quant au contenu de recherches et d’études etc.)
  • Cabane(s) de projets de publications, de traduction, de critique quant à la littérature théologique
  • Cabane(s) de projets d’échange au niveau de l’enseignement (et de l’apprentissage...) (académique et autre)
  • Cabane(s) de projets de conférence(s)
  • Cabane(s) de projets de recherches spécifiques

Des habitantes-membres 
                                                                      
Si tout le monde peut visiter „Tsena malalaka“ sur son site Internet, il y a les discussions et échanges au niveau des cabanes à thématique spécifique qui ne sont ouverts qu’aux habitantes-membres. En tant que membre on peut proposer un projet ou y participer. Les habitantes-membres sont directement connectée avec un réseau intercontinental de théologiennes et ont accès à des informations spécifiques.
Les membres sont des théologiennes africaines, européennes..., qui
  • disposent d’un certificat d’études en théologie
  • savent s’exprimer en français ou/et en anglais
  • mettent à disposition un petit texte qui montre leur „profil“ et qui explique pour quelle raison la participation est souhaitée
  • sont introduites par une théologienne déjà membre
Il est recommandé aux nouveau membres de verser à l'association fonds Tsena malalaka une contribution (entre 5 à 50 Euros) avec renouvellement annuel si possible. Nous veillons à ce que la répartition des membres entre l’Afrique et l’Europe reste dans une proportion  env. moitié/ moitié. Le réseau Tsena malalaka veut assurer une qualité d'échange et une possibilité de relations personnelles. Grandir en nombre n'est pas un but en soi.

Des coordinatrices
                                                       
Le projet „Tsena malalaka“ a deux coordinatrices venant des différents continents. Elles canalisent les contacts, elles prennent soin de la website www.malalaka.org, elles assurent la bonne circulation des news et des informations entre les cabanes. Elles sont consultées quand il s’agit d’ouvrir une nouvelle cabane – ou d’en fermer une. Dans le cas de questions importantes concernant le „Tsena malalaka“ elles organisent des forum de consultation et de discussion et déterminent le processus de décision. C’est à elles de se répartir les tâches ou de les déléguer.

Les fonds                                                  

Tsena malalaka est en lien direct avec l'association "fonds Tsena malalaka – Verein Tsena malalaka-Fonds". Ces fonds sont alimentés par les contributions d'adhésion (facultatives) des membres du réseau d'échange Tsena malalka (pour les frais généraux) et d'autres contributions ainsi que par des collectes d'argent pour des projets spécifiques. Dans la mesure du possible ces fonds servent juste de „couverture“, de „structure disponible“, laissant la responsabilité de collecter l’argent à celles qui gèrent un projet concret au niveau des cabanes.

Indépendance et coopérations                                               

Le „Tsena malalaka“ en tant que tel n’a pas de liens institutionnels. Au niveau des cabanes – concernant des projets précis – des liens et coopérations avec des institutions théologiques (facultés etc.), des Eglises, des oeuvres d’entraide etc. sont possibles (consultation des coordinatrices). De même des échanges peuvent se produire avec des personnes du domaine artistique, artisanal, littéraire etc....

Engagement sérieux et plaisir d’inventer 
                         

Dans le „Tsena malalaka“ nous cherchons à réunir l’engagement sérieux, le plaisir d’explorer et d’expérimenter et l’ouverture à des méthodes et concepts innovants. Nous veillons à maintenir un caractère personnel et direct quant à nos relations et interactions.

Le provisoire  face à l’espace ouvert de Dieu
                             
Du reste nous considérons cette description du „Tsena malalaka“ comme provisoire.* C’est en l’espace ouvert que nous nous confions dans le sens qu’il est aussi et d’abord espace spirituel, espace de Dieu. C’est à partir de là que nous espérons être inspirées, renouvellées, transformées et que notre projet portera ses fruits.
                                            

* Nous prévoyons de rediscuter le tout au moment de notre première rencontre-conférence intercontinentale – après avoir fait les premières expériences.




Retour à la première page: welcome, bienvenue